Livres, listes et délires.

A vingt-deux ans et un jour, j’avais envie d’écrire un autre genre d’article et de sortir du challenge (des articles arrivent bientôt, patience!) pour vous parler d’une vieille obsession que j’ai: celle des listes de lecture, du type “Les 1001 livres qu’il faut avoir lus dans sa vie”.

Je suis comme ça, attirée par les listes de choses à faire, d’endroits à visiter ou de bonnes résolutions à tenir. C’est d’ailleurs à cela que tient l’existence de ce blog. J’ai même une grande liste de listes (oui oui) que je me plais à réorganiser sur mon ordinateur, comme un grand livre des comptes et que je vérifie régulièrement. J’ai l’impression qu’en suivant les ordres que me donne une liste je donne plus de sens à ma vie. Et bien sûr, les livres n’y font pas exception.

I kid you not.
I kid you not.

Je suis à peu près tout. Les 100 livres du XXème siècle, la liste de lecture que m’avait donnée ma prof de français en 3e et qui me sert toujours, le classement d’un magazine littéraire qui m’a plue… Bref j’en ai tout un paquet et dès que je finis un livre, je me précipite sur mes chères feuilles de papier dans l’espoir de pouvoir surligner d’un coup de main victorieux l’ouvrage qui apparaitrait dans un des classements.

Après des années de listing acharné, deux constats s’imposent:

– Suivre une liste, c’est tout un sacerdoce. Des fois je n’ai juste pas envie de suivre à la lettre les préceptes que me donnent mes listes. Ca donne des choses comme du type: “Bon, ce matin, ce sera cent pages de Guerre et Paix  et après, quelques chapitres du Livre de Job. A ce rythme-là, je devrais avoir terminé la première colonne du la liste dans quelques semaines.

tumblr_mt7z97zJYo1rqfhi2o1_250

– Mes plus belles découvertes littéraires se sont toujours faites hors de ces listes. L’Amour au temps du choléra en est l’exemple parfait. J’avais un peu de temps pendant les vacances et je cherchais un bon gros roman qui pourrait occuper mes trajets en métro jusqu’au travail. Et je me suis souvenue de ce titre dans les recommandations qu’Amazon m’avait faites. La suite, vous la connaissez et depuis j’offre ce livre à tous mes amis pour je prêcher la bonne parole. D’où l’effet pervers de ce genre de listes: pourquoi, à la fin, perdre son temps à lire un livre s’il n’est pas marqué dans mes listes? JE SAIS PAS, JUSTE POUR KIFFER EN FAIT?

C’est peut-être pour ça que le “2015 reading challenge” m’a plue tout de suite: certes, il donne les grandes indications, mais laisse une certaine marge de manoeuvre quant au livre que l’on peut choisir. Certes, cela ne vaut pas pour tout, et si vous avez jeté un coup d’oeil sur les catégories du challenge, vous verrez que certaines sont toutefois plus permissives que d’autres… Originaire d’un village près de Lille, j’attends avec angoisse le moment de m’attaquer à “a book taking place in your hometown”. 

Bref, je réalise aujourd’hui l’aspect éminemment abstrait de la chose. La vie est trop courte pour se farcir Ainsi parlait Zarathustra si tu n’en as pas envie.  Vraiment, c’est pas grave Noémie, relis un Harry Potter à la place et fais-toi plaisir.

Et vous alors, partagez-vous aussi la même obsession des listes de lecture? Comment vous en sortez-vous?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s