Lire en VO

Voici un article qui me tenait à coeur depuis fort longtemps, mais dont j’ignore totalement la façon dont vous allez le prendre!

J’ai toujours aimé les langues étrangères. Pourtant, je me suis mise tardivement à lire en version originale (comprendre ici, principalement en anglais). C’est comme si je ne me sentais “pas assez forte”, que mon vocabulaire était “trop faible” pour réellement apprécier un texte dans sa version originale. Jusqu’au jour où j’ai décidé qu’il était grand temps que je fasse sauter ces barrières mentales pour essayer. Et devinez quoi, je n’ai pas fini en méningite, loin de là. Je me suis donc dit que ce que j’avais appris au fil des années pourrait peut-être s’avérer utile pour quelques-uns qui hésitaient encore à se lancer. Et si ces gens en question passent sur ce blog alors là j’aurai tout gagné!

*Attention*

Je ne cherche absolument pas à donner de leçon ici, et encore moins à prouver que je détiens une “recette miracle” pour s’améliorer dans une langue étrangère. Des experts sur la question rigoleraient probablement en lisant les lignes qui vont suivre. Simplement, j’ai essayé de compiler ici ce qui avait marché pour moi dans ma pratique de l’anglais.

D’autre part, je reste persuadée que la lecture doit rester un plaisir, et que chercher à s’améliorer dans une langue étrangère ne doit pas teinter ce plaisir d’un sens du “devoir”. Les cours de langues s’en chargent déjà assez bien comme ça. S’imposer l’intégralité du Wall Street Journal pour choper de meilleures expressions en économie, non merci très peu pour moi. L’idéal bien sûr est de trouver un livre/magazine en rapport avec ce que l’on aime!

Voici donc les cinq conseils que j’ai retenus pour vous:

  • Commencer petit. Ici, on ne vise pas à lire le Talmud en hébreu … Comme pour tout, on y va progressivement, sinon c’est le burn-out assuré. Pas de honte à ressortir les éditions bilingues héritées des années collège de la grande soeur! Quelques suggestions issues de mes souvenir de lecture: A Room Of One’s Own de Virginia Woolf, ou encore The Importance of Being Earnest d’Oscar Wilde, qui font tous les deux une centaine de pages.
  • Arrêter de chercher à être exhaustif. S’il y a bien une chose que j’ai retenu de mes expériences passées, c’est bien la suivante: malgré toute la bonne volonté qu’on peut mettre, notre cerveau ne va pas retenir toutes les expressions inconnues du premier coup. Nope. Retenir une dizaine de mots ou expressions sur un livre entier, c’est déjà pas mal du tout en fait. Quand j’ai compris que de toutes mes listes de vocabulaire, mon cerveau ne retiendrait que les informations véritablement importantes ou pertinentes, je me suis tout de suite déculpabilisée par rapport aux lectures que je “m’infligeais” (parce que pour moi, je vous le rappelle, lire en anglais c’était forcément pour s’améliorer en anglais). En fait, j’ai vraiment commencé quand j’ai lu pour le fun, sans vraiment de pression derrière. Et ô miracle, on s’aperçoit qu’avec un peu d’entraînement, on retient de plus en plus d’informations assez rapidement. C’est quand même bien fait tout ça là-haut non?

tumblr_mnzbqyrFoM1rwl6lbo1_500                                                                       Un peu comme ça.

  • Retenir des expressions plutôt que des mots isolés. Ce conseil vous rappelle certainement les recommandations de votre professeur d’allemand en 5e qui devait vous dire la même chose. Un conseil qui n’est on ne peut plus vrai. On a beau retenir tous les mots qu’on veut, si non le peut pas se rappeler du contexte dans lequel il faut l’utiliser, ça ne servira pas à grand-chose. Alors au lieu de noter frénétiquement tous les mots qu’on ne connaît pas, essayez peut-être de vous limiter aux expressions qui vous semblent nouvelles/ auxquelles vous n’auriez pas pensé. L’expression ou la phrase qui vous fait dire “Ca sonne bien! J’aimerais savoir réutiliser ça plus tard”.
  • Ne pas être scotché à un dictionnaire. Encore une fois, on parle de lecture-plaisir ici. On s’en fiche d’avoir compris l’intégralité de la page. L’important c’est d’avoir une idée générale, voire assez précise de l’intrigue, sans pour autant devoir s’arrêter toutes les deux lignes pour chercher le sens d’un mot. C’est précisément cet aller-retour continuel qui va vous lasser et laisser le livre aux oubliettes. A la rigueur, noter les mots nouveaux sur une feuille à part et y revenir plus tard, histoire de faire toutes nos recherches en une seule fois. Testé et approuvé!
  • Rechercher des informations sur la période historique/ les personnages. Ce conseil s’explique assez-bien par lui-même. Non seulement on apprend plus de vocabulaire sur la période ou les personnages, ce qui peut aider dans la compréhension du texte, mais cela peut potentiellement déboucher sur un nouvel intérêt! Lecture-PLAISIR, encore une fois, mesdames et messieurs!

Voilà, j’espère que tout cela aura donné un boost à l’ego de ceux qui en avaient besoin!

Maintenant que j’ai bien déblatéré en mode professeur d’anglais de collège, j’attends vos réactions! J’adorerais lire vos propres suggestions! Comment avez-vous commencé à lire en version originale?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s